President CESCDes conclusions à la hauteur des attentes

La première session ordinaire du Conseil Economique, Social et Culturel a clos ses travaux ce 20 février 2017 au Palais du 15 janvier. Ouverte le 6 février 2017, cette session a permis aux membres du Conseil Economique, Social et Culturel de mesurer, la vertu du dialogue social considéré comme gage du développement harmonieux.

Les Présidents des grandes institutions de la République, les membres du gouvernement, les ambassadeurs et représentants des organisations internationales accrédités auprès du Tchad et un parterre d’invités ont honoré de leur présence la cérémonie de clôture.

Durant deux semaines d’intenses travaux sur le thème : « Comment développer la culture du dialogue social au Tchad », les conseillers ont été raffermis dans leur conviction que le dialogue social est l’élément essentiel du progrès et de la prospérité de tout secteur d’activité. Des différentes communications de haute facture, faites devant eux par d’éminentes personnalités, il ressort que le Tchad dispose depuis la nuit des temps, des cadres de Dialogue et de résolution des conflits. L’arbre à palabre, naguère utilisée pour la résolution des problèmes sociaux peut être considéré comme les prémisses du dialogue social ont soutenu certains intervenants. Et le Président du CESC Abderamane Mouctar Mahamat de soutenir : « Cet aspect de l’héritage culturel associé au Dialogue Social peut être considéré comme un atout du développement de la culture de négociation, de concertation et de résolution des conflits dans notre pays. »

Dans cette période d’incertitudes économiques, il est impératif de cultiver l’aspect positif de cet héritage pour impulser une dynamique de Dialogue Social au Tchad. Car le dialogue social est la clé de voute de la paix sociale. 

DSCN7723 En jetant un regard panoramique sur le monde du travail au Tchad, on peut également affirmer que les cadres de négociation, de concertation et d’échange d’information entre les employeurs et les travailleurs des secteurs publics et privé existent. « Notre pays dispose d’instruments juridiques favorables à l’instauration d’un vrai dialogue social.  Ce qui conforte la volonté des partenaires sociaux et les employeurs à instaurer l’harmonie au sein des secteurs d’activités socioéconomiques », peut-on retenir de certaines communications

Cependant, « l’instauration du dialogue social est sujette au manque d’anticipation sur les crises par une veille permanente des mécanismes de prévention et de gestion des conflits socioprofessionnels. » a relevé Abderamane Mouctar Mahamat.

Faisant le bilan de cette session, le président du CESC estime que la récolte a tenu la promesse des fleurs. Selon lui, les résultats sont à la hauteur des attentes car dit-il : «  Je reste persuadé que la conclusion de vos travaux aideront les partenaires sociaux et les employeurs à discuter, toujours discuter, encore discuter pour que jaillisse la lumière des chocs des idées afin que prévale un climat social apaisé dans le monde du travail au Tchad. »

Pour l’encrage durable de la culture du dialogue social dans les relations socioprofessionnelles, les parties concernées doivent privilégier le sens du consensus et de l’intérêt commun et œuvrer toutes, pour un dialogue dépouillé de tout préjugé, gage d’une paix sociale durable. Autrement dit, les structures et les processus d’un dialogue social fécond sont susceptibles de résoudre d’importantes questions socioéconomiques, de prévoir la bonne gouvernance, de favoriser la paix et la stabilité sociale et de stimuler l’économie.

À noter que la volonté politique des hautes autorités du pays est manifeste quant à l’instauration d’une culture pérenne du dialogue social. L’intégration du Dialogue Social dans les attributions du Ministère en charge de l’emploi est une illustration de cette volonté politique.

Reste au Bureau du CESC de transmettre dans le délai imparti, les conclusions de la session aux illustres destinataires dont le Président de la République, le Chef du gouvernement et au Président de l’Assemblée nationale.

Abdelkerim H.B

                                              Voeux du nouvel an du Président du CESC


En début de cette année 2019, j’adresse mes voeux les meilleurs au peuple tchadien, aux hautes personnalités du pays, aux membres du Conseil Economique, Social et Culturel et aux visiteurs de notre site: www.cesc.td. Que 2019 soit pour le Tchad, une année de renforcement de la cohésion nationale, de paix renforcée et à tous, une année de santé, de paix de coeur, de bonheur, d’amour et de prospérité.
Au-delà d’autres considérations, l’année 2018 a redoré le blason du Conseil Economique, Social et Culturel. Notre institution a vu sa mission renforcée et sa composition élargit à d’autres corporations, si bien que le nombre de ses membres est revu en baisse.
Ainsi, l’Ordonnance N° 22/PR/2018 portant attributions, organisation et fonctionnement du Conseil Economique, Social et Culturel en dynamisant notre institution a élargi ses attributions au domaine environnemental. Grâce à cette Ordonnance, les représentants des organisations patronales, des organisations non gouvernementales nationales pour le développement et la protection de l’environnement et les représentants des personnes handicapées siégeront au Conseil Economique aux cotés des autres corporations déjà représentées. C’est en somme une dynamique insufflée à notre organe consultatif.
Ce sang neuf insufflé au Conseil Economique, Social et Culturel est à mettre à l’actif de son Excellence, Idriss Déby Itno, Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, initiateur du Forum national inclusif et artisan de la 4ème République.
Pour nous, Conseillers de la République, le réaménagement de notre institution et son maintien parmi les grandes institutions de la République sonnent comme une confiance renouvelée au CESC, Conseiller des pouvoirs Exécutif et Législatif en matière économique, sociale, culturelle et environnementale. A cet égard, nous donnerons le mieux de nous-mêmes pour analyser tout problème de développement économique, social, culturel et environnemental de la nation et attirer l’attention du gouvernement sur des réformes nécessaire et utiles à mettre en oeuvre dans l’intérêt du pays.
Au cours de l’année 2018, les Conseillers de la République ont tenu le pari des sessions ordinaires. D’autres activités telles que des réunions, des audiences, des séances de travail ont été tenues et des missions à l’extérieur ont été effectuées par le Président, accompagné des conseillers de la République et/ou ses proches collaborateurs. La périodicité de notre périodique d’information, « Le Conseiller » a été respectée. C'est pour moi un motif de satisfaction et j’invite les internautes à visiter notre site web www.cesc.td pour apprécier les articles publiés.
En se dotant d’un site web, moyen moderne de communication et d'information, l'institution dont j'ai l'insigne honneur de diriger a tenu le pari de rendre visibles et lisibles ses activités par le biais de la toile et communiquer avec la communauté internationale et les institutions soeurs.
Notre site traite des sujets ayant trait à l’économie, au social et au culturel. Il porte le label du CESC certes, mais c’est un outil de communication et de développement au service de toutes les corporations représentées en son sein.
Le Portail officiel du CESC est de ce fait, un outil d’information et de communication, ouvert à toutes les organisations de la société civile tchadienne organisée.
Nous nous engageons à poursuivre la mise à jour du site avec la même détermination et le même professionnalisme.

Une fois encore, je réitère mes voeux les meilleurs à toutes et à tous et souhaite la bienvenue aux visiteurs du portail web du CESC, www.cesc.td

                                                                                                                            Abdelkerim Ahmadye Bakit

CALENDRIER & AGENDA DU CESC

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Adresse du CESC à N'Djaména

siegeCESCpetit

Boulevard NGarta Tombalbaye,
Rue N° 6.405,
N’Djaména – Tchad.
BP : 5038 – Téléphone : (235) 22 53 03 30

Les autres institutions