Abderemane JPGFreiner le recours aux grèves en milieu professionnel tchadien

Le dialogue social est le carburant qui fait tourner la machine des organisations publiques et privées. De sa traduction ou non dans les faits dépend, en grande partie, la qualité du travail accompli dans le milieu professionnel. Aussi le Conseil économique, social et culturel (CESC) du Tchad l’a-t-il inscrit au centre de sa première session de l’année 2017.

En choisissant d’axer les travaux de sa session ordinaire de février 2017 sur le thème : « comment développer la culture du dialogue social au Tchad ? », le Conseil Economique, Social et Culturel s’est chargé d’une tâche ardue. Celle d’identifier des voies et moyens à mettre en œuvre afin de favoriser un ancrage du dialogue dans les relations socioprofessionnelles pour la gestion des conflits. Le Conseil économique appréhende, en fait, le dialogue social de la même manière que l’Organisation Internationale du Travail. C’est-à-dire comme « tous types de négociation, de consultation ou d’échange d’informations entre les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs selon des modalités diverses, sur des questions relatives à la politique économique et sociale, présentant un intérêt commun. »

L’intérêt porté à cette question, pour le moins pertinente dans l’espace tchadien, est partagé par bien des acteurs au niveau national. La preuve est qu’à l’ouverture de la session du Conseil économique, le 6 février 2017, la salle des conférences internationales du Palais du 15 janvier était pleine comme un œuf. En plus du ministre de l’Administration du territoire et de la gouvernance locale, Bachar Ali Souleymane, qui a représenté le Premier ministre, Chef du gouvernement, des présidents des grandes institutions de la République, des chefs de départements ministériels, députés, membres du corps diplomatique, autorités politiques, militaires et traditionnelles, ainsi que des représentants de la société civile, du patronat et du monde des arts et de la culture, ont pris part à la cérémonie.

Le président du Conseil économique, social et culturel, Abderamane Mouctar Mahamat, a saisi cette occasion pour préciser que « par le choix de ce thème, le Conseil entend apporter sa contribution à l’instauration d’un climat social apaisé dans le monde du travail au Tchad. » En effet, le contexte tchadien est caractérisé par de récurrents débrayages des travailleurs du public comme du privé, notamment ceux des sociétés pétrolières, dont les revenus sont affectés par des reformes initiées pour juguler la crise financière.

« Il faut analyser les dispositifs existants »

Le pouvoir exécutif ayant pris la mesure de l’importance du dialogue social, le gouvernement a opté, dès le mois d’août 2016, de faire de sa promotion une prérogative à part entière au ministère en charge de l’Emploi. Néanmoins, d’après Abderamane Mouctar Mahamat, il est indispensable « de cultiver et de promouvoir l’esprit d’ouverture et d’acceptation du dialogue social. » De ce fait, il faut « analyser les forces et les faiblesses des dispositifs existants de prévention et de gestion des conflits, les faits déclencheurs des conflits socioprofessionnels, en vue de proposer des stratégies permettant de minimiser leurs impacts sur les lieux du travail. » Ce à quoi devait s’astreindre la session du Conseil économique, social et culturel du 6 au 20 février 2017. A terme, comme l’a déclaré son président, « le Conseil économique entend assister les parties concernées à éviter le recours systématique aux grèves ou aux tribunaux pour la résolution des conflits. »

A noter que le Conseil économique, social et culturel est une assemblée constitutionnelle consultative représentant les principales activités économiques, sociales et culturelles du pays. Il est créé en 2006 suite à la révision de la Constitution de la République en 2005. De par son statut d’instrument de coordination des associations de la société civile organisée, il joue un rôle de conseiller des pouvoir exécutif et législatif d’une part, et de cadre de regroupement de plusieurs corporations, d’autre part. Avant le thème portant sur le dialogue social retenu pour la session ordinaire de février 2017, l’institution a déjà analysé d’autres sujets d’actualité comme l’emploi des jeunes, le changement climatique, la corruption, le système éducatif ou l’exode rural.

Abdelkerim H.B

                                              Voeux du nouvel an du Président du CESC


En début de cette année 2019, j’adresse mes voeux les meilleurs au peuple tchadien, aux hautes personnalités du pays, aux membres du Conseil Economique, Social et Culturel et aux visiteurs de notre site: www.cesc.td. Que 2019 soit pour le Tchad, une année de renforcement de la cohésion nationale, de paix renforcée et à tous, une année de santé, de paix de coeur, de bonheur, d’amour et de prospérité.
Au-delà d’autres considérations, l’année 2018 a redoré le blason du Conseil Economique, Social et Culturel. Notre institution a vu sa mission renforcée et sa composition élargit à d’autres corporations, si bien que le nombre de ses membres est revu en baisse.
Ainsi, l’Ordonnance N° 22/PR/2018 portant attributions, organisation et fonctionnement du Conseil Economique, Social et Culturel en dynamisant notre institution a élargi ses attributions au domaine environnemental. Grâce à cette Ordonnance, les représentants des organisations patronales, des organisations non gouvernementales nationales pour le développement et la protection de l’environnement et les représentants des personnes handicapées siégeront au Conseil Economique aux cotés des autres corporations déjà représentées. C’est en somme une dynamique insufflée à notre organe consultatif.
Ce sang neuf insufflé au Conseil Economique, Social et Culturel est à mettre à l’actif de son Excellence, Idriss Déby Itno, Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, initiateur du Forum national inclusif et artisan de la 4ème République.
Pour nous, Conseillers de la République, le réaménagement de notre institution et son maintien parmi les grandes institutions de la République sonnent comme une confiance renouvelée au CESC, Conseiller des pouvoirs Exécutif et Législatif en matière économique, sociale, culturelle et environnementale. A cet égard, nous donnerons le mieux de nous-mêmes pour analyser tout problème de développement économique, social, culturel et environnemental de la nation et attirer l’attention du gouvernement sur des réformes nécessaire et utiles à mettre en oeuvre dans l’intérêt du pays.
Au cours de l’année 2018, les Conseillers de la République ont tenu le pari des sessions ordinaires. D’autres activités telles que des réunions, des audiences, des séances de travail ont été tenues et des missions à l’extérieur ont été effectuées par le Président, accompagné des conseillers de la République et/ou ses proches collaborateurs. La périodicité de notre périodique d’information, « Le Conseiller » a été respectée. C'est pour moi un motif de satisfaction et j’invite les internautes à visiter notre site web www.cesc.td pour apprécier les articles publiés.
En se dotant d’un site web, moyen moderne de communication et d'information, l'institution dont j'ai l'insigne honneur de diriger a tenu le pari de rendre visibles et lisibles ses activités par le biais de la toile et communiquer avec la communauté internationale et les institutions soeurs.
Notre site traite des sujets ayant trait à l’économie, au social et au culturel. Il porte le label du CESC certes, mais c’est un outil de communication et de développement au service de toutes les corporations représentées en son sein.
Le Portail officiel du CESC est de ce fait, un outil d’information et de communication, ouvert à toutes les organisations de la société civile tchadienne organisée.
Nous nous engageons à poursuivre la mise à jour du site avec la même détermination et le même professionnalisme.

Une fois encore, je réitère mes voeux les meilleurs à toutes et à tous et souhaite la bienvenue aux visiteurs du portail web du CESC, www.cesc.td

                                                                                                                            Abdelkerim Ahmadye Bakit

CALENDRIER & AGENDA DU CESC

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Adresse du CESC à N'Djaména

siegeCESCpetit

Boulevard NGarta Tombalbaye,
Rue N° 6.405,
N’Djaména – Tchad.
BP : 5038 – Téléphone : (235) 22 53 03 30

Les autres institutions